des Mannes Fleuries

des Mannes Fleuries

Braque allemand à poil court

De la vulgarisation

De la vulgarisation

De la vulgarisation, … de l’humour !!??





Devant le comportement de certains acquéreurs de chiots, je pense qu’il est nécessaire de rappeler quelques principes fondamentaux de « l’éducation » et du « dressage » d’un chiot, afin qu’il devienne un compagnon agréable et complice de son maître sur le terrain de chasse, dans sa vie sociale, à l’extérieur comme à la maison.

Utiliser les compétences d’un éducateur canin est une bonne décision, mais insuffisante si le maître n’applique pas, au départ, les principes élémentaires de l’éducation, ou détruit par son comportement ce que le chien a acquis chez le professionnel.

 


  • Savoir communiquer avec son chien : « les mots ».


Un mot doit correspondre à un ordre précis. De même pour le coup de sifflet (ex : « tut-tut = tourne ! », « tut-tut-tut = reviens ! »). Certains maîtres me font penser à un rossignol du Japon !

Le coup de sifflet ou un mot bref signifie un ordre précis, et ne sert pas à signaler votre présence.

« Ne fais pas pipi, Kiki, c’est pas gentil ! » ne peut pas être interprété par le chien. Si le chien urine dans la maison, on dit « Non ! » avec autorité, et on le mène dehors avec calme.

Un chien est très sensible à ce qui accompagne vos mots (posture corporelle, forte intonation de la voix, mimique faciale).

Exemple : Le chiot à la consultation mord le veto. Parole du propriétaire : « Oh ! tu es un vilain mon Kiki ! », et en plus lui fait une caresse …

Le chien comprend qu’il a bien fait de mordre ce « sale type qui lui a fait mal », et qui en plus va prendre une consultation à son patron … !

Il recommencera de plus belle la fois suivante. Une tape du maître, plus un « Non ! » bien ferme serait plus adapté. S’il est bien sage, le veto lui fera une gratouille en disant « C’est bien ! ». A vous de dire les mêmes mots, … et de régler votre consultation, avec le sourire…

 

  • Postures accompagnant les ordres.


Le chien a fait une bêtise (croquer la télécommande de le télé, ils adorent … : 15 € à chaque fois !)

Prenez une posture de dominant en disant « Non ! », inclinez légèrement le corps vers l’avant, élargissez les épaules en écartant les bras, regardez le chien sur la croupe (éviter coups et gestes …). Votre épouse et les enfants éviteront de se précipiter vers le chiot en cajolant et en disant : « Pauvre Kiki, tu le terrorise, il va être peureux ! ». Tous les membres de la famille présents sont solidaires, et Kiki envoyé au panier.

 

  • Posture d’invitation au jeu.


Vous vous accroupissez, prenez une voix chaleureuse et démonstrative, vous claquez vos mains sur vos cuisses : Kiki va venir jouer avec vous, mais c’est vous qui choisissez le moment, ce n’est pas Kiki qui vous saute dessus.

L’application au rappel : Kiki refuse de revenir quand vous l’appelez : « Viens, Kiki ! » ou « Kiki au pied ! ». Prenez la posture d’invitation au jeu, au lieu de courir après Kiki en criant : « Viens ici !!! » … Kiki prendra un malin plaisir à se sauver et à vous échapper.

Si à l’invitation au jeu il revient, vous le caressez abondamment en disant « C’est bien, Kiki ! ».

S’il ne revient pas, ignorez-le en partant dans la direction opposée en courant : çà marche presque toujours !

S’il met du temps à revenir, soyez calme, ne le punissez pas (il comprendrait qu’il est puni parce qu’il revient, et non parce qu’il a mis du temps pour revenir). Au contraire quand il revient : caresses, félicitations, voire un petit gâteau si nécessaire.





Dans une prochaine fiche, si ces conseils vous sont utiles, je traiterai les aboiements excessifs, la gestion des punitions et récompenses, ainsi de suite





Jean Gilbert Bonhomme